Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 20:05
Voici maintenant mon hypothèse concernant la prochaine glaciation ou semi-glaciation.  Elle repose sur un maximum de température annuelle moyenne variant entre 160C et 170C à la fin d'un interglaciaire et sur un minimum de 80C à 90C à la fin d'une période glaciaire.  170C étant la moyenne des maxima et 80C à 90C la moyenne des minima lors des quatre derniers cycles glaciaires-interglaciaires.

Un paramètre est cependant différent : jamais une des quatre dernières glaciations ne s'est amorcée avec une concentration de CO2 dans l'atmosphère à plus de 280-300 p.p.m..  Ce qui fait qu'à 500 p.p.m. (en étant conservateur) l'augmentation de température de la planète n'aura jamais été aussi accélérée.  Il faut d'ailleurs remonter plusieurs millions d'années en arrière (dans un autre contexte) pour retrouver des températures comme celles que nous aurons probablement avant la fin du siècle.

Par ailleurs, on observe que la haute atmosphère abaisse sa température de 0,60C par an depuis au moins 12 ans.  Donc, l'écart de température entre la basse et la haute atmosphère augmente continuellement (l'une baisse et l'autre monte).  Cet état de fait va provoquer une activation des courants atmosphériques de plus en plus intense.  La vitesse d'augmentatkion faisant foi de tout, les changements climatiques peuvent survenir lentement ou à vitesse moyenne ou encore rapidement.

De plus, l'interglaciaire dans lequel nous nous trouvons actuellement ressemble étrangement à celui qui s'est présenté il y a un peu plus de 410 000 ans.  À cet époque l'interglaciaire a été exceptionnellement long. Il a duré environ 30 000 ans.  La glaciation ne s'est pas engagnée après 10 000 ans d'interglaciaire.  Il a donc fallu attendre qu'un autre cycle de précession des équinoxes se déroule avant qu'advienne la glaciation.

L'étude des paramètres astronomiques et de l'acivité solaire a permis de conclure qu'à ce moment l'insolation à la latitude de 650 nord`était sensiblement la même qu'actuellement.  Or, pour les 20 000 ans à venir (au moins) la diminution d'ensoleillement ne sera que de 5 % environ comme c'était le cas lors de l'interglaciaire d'il y a 400 000 ans.  Lors du dernier interglaciaire, la diminution de l'insolation avait été de 20 % et il n'a duré que 10 000 ans.

Il faut donc être prudent lorsqu'on tente de prévoir quand aura lieu la prochaine glaciation.  L'étude des cycles de Milankovitch montre que les conditions d'insolation à 650 de latitude nord seront exceptionnelle pour les 1000 siècles à venir.  Cette situation ne se présenterait qu'une fois par million d'année.

Cependant, ce n'est pas suffisant pour exclure la possibilité d'une glaciation ou tout au moins d'une semi-glaciation au cours des prochains siècles.  Ce serait sans compter sur un autre paramètre moins prévisible: la modificaion des courants océaniques.  Il faut donc examinier trois scénarios.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Denis Laforme.
  • Le blog de Denis Laforme.
  • : Vise à mieux faire comprendre les changements climatiques, leurs causes et les amorces de solutions possibles. En ce sens, on étudie le réchauffement climatique, le climat, l'effet de serre, les cycles glaciaires-interglaciaires, les économies renouvelables, les économies d'énergie et d'autres sujets connexes.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens