Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 01:19
Au rythme où sortent les bonnes nouvelles, ce produit unique pourrait devenir aussi incontournable dans le garde-manger que l’aspirine ou le tylénol. Il y a trois semaines à peine, le Dr Yves Desjardins révélait que le sirop d’érable contenait une concentration appréciable d’acide abscissique, reconnu pour stimuler le relâchement de l’insuline dans l’organisme, et qu’il possédait donc des propriét...és thérapeutiques pour le diabète.
>
> On apprend maintenant que le sirop d’érable renferme 13 nouveaux composants antioxydants reconnus pour leurs propriétés anticancer, antibactériennes et antidiabétiques. Le mérite de ce décryptage revient au chercheur américain Navindra Seeram, de l’Université du Rhode Island. Il a dévoilé ses résultats devant l’American Chemical Society, à San Francisco, le 21 mars dernier.
> Par ailleurs, des travaux publiés dans la récente édition du Journal of Medicinal Food révèlent que le sirop d’érable limiterait la prolifération de cellules cancéreuses de la prostate et des poumons et, dans une moindre mesure, du sein, du colon et du cerveau.
>
>
> À cet égard, le sirop d’érable serait plus performant que le bleuet, le brocoli, la tomate et la carotte. Pas étonnant que la diététiste Marie Breton affirme que « les produits de l’érable sont bien plus que de simples agents sucrants. Grâce à leur teneur en vitamines, minéraux, antioxydants et autres composés bienfaisants, ils peuvent contribuer à une meilleure alimentation, surtout lorsqu’ils remplacent le sucre, la cassonade, le miel et le sirop de maïs ».

Que du positif au sujet des propriétés bienfaisantes du sirop d'érable.
Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 01:12

Les investissements dans la production d'énergie et l'efficacité énergétique devraient atteindre 48.000 milliards de dollars d'ici 2035, ce qui serait insuffisant pour contenir le réchauffement climatique à 2°C, a estimé hier l'Agence internationale de l'énergie (AIE). «La trajectoire d'investissements que nous traçons dans ce rapport ne permet pas d'atteindre les objectifs de stabilisation climatique (...). Nous estimons que 53.000 milliards de dollars d'investissements cumulatifs dans l'approvisionnement d'énergie et l'efficacité énergétique sont requis d'ici à 2035» pour limiter le réchauffement climatique à 2°C, précise l'agence. Elle estime ainsi à 6000 milliards de dollars le manque à gagner en investissements dans l'efficacité énergétique.

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 22:58

En fait, il s'agit  d'évènements qui nous permettent de mieux comprendre que la planète réagit sévèrement aux agressions que nous lui faisons subir, ce qui semble paradoxal à ceux qui ne sont pas initiés au sujet de tout ce qui concerne cette problématique.

 

Par contre, si on comprend que s'il fait chaud et sec à certains endroits ; le balancier fera en sorte qu'il fera plus froid ailleurs...ce que nous vivons au nord-est de l'Amérique du Nord (particulièrement au Québec).

 

Ce dont il faut tenir compte, c'est que la température planétaire moyenne augmente très rapidement et constamment (presque 1 degré Celsius depuis que nous consommons massivement les combustibles fossiles : charbon, pétrole et gaz naturel).

 

Voilà qui devrait nous indiquer le chemin à suivre si on veut éviter l'augmentation de température anticipée, si rien ne change, de 4 à 5 degrés Celsius d'ici la fin du présent siècle...ce qui serait dramatique pour l'immense majorité de la population planétaire.

 

Malheureusement, ce seront les populations les plus démunies et les plus vulnérables ( moins émettrices de gaz à effet de serre) qui seront les plus affectées.

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 07:29

L'électricité produite à partir du solaire et de l'éolien se doit d'être stockée, d'une façon ou d'une autre, lorsque la demande n'est pas au rendez-vous. On peut utiliser l'électricité excédentaire pour faire l'électrolyse de l'eau et ainsi produire de l'hydrogène, H2, qui pourrait être conservé sous pression dans des cylindres...pour ensuite alimenter des piles à combustion ou encore comme carburant dans les moteurs à combustion des véhicules. On pourrait même stocker l'électricité et s'en servir pour recharger des véhicules fonctionnant à l'électricité (l'électrification du transport étant une avenue qu'on se devra d'emprunter).
Le stockage de l'électricité par air comprimé constitue un autre excellent moyen de conserver cette énergie produite par intermittence.
La vie est plutôt rétro : il y a 1 siècle, des locomotives étaient alimentées à l'air comprimé (elles ont été délogées par l'arrivée des combustibles fossiles). Il y a plusieurs siècles, on utilisait les moulins à vent pour accomplir différents travaux, il s'agissait des éoliennes de l'époque. Encore une fois on a recyclé le principe...cette fois à une beaucoup plus grande échelle

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:29

L'hiver québécois est considéré comme ayant été particulièrement froid (1,4 degré Celsius au dessus des normales, ce qui est considérable : les météorologues qualifient cet hiver comme ayant été exceptionnellement froid).

Cela étant dit, la température a été supérieure de 0, 57 degré Celsius par rapport à la moyenne planétaire, selon la NOAA, l'agence océanographique et atmosphérique américaine.

Tout cela tend à confirmer que le Québec ne devrait pas ëtre trop affecté par le réchauffement climatique. Grand bien nous fasse; par contre, il n'y a pas matière à se réjouir quand on considère les impacts négatifs qu'auront ces changements climatiques sur la grande majorité des autres pays de la planète.

Nous devrions nous considérés privilégiés, par la nature, d'être épargnés par cette catastrophe anticipée. À partir de là, il faut s'attendre à ce que le Québec devienne une destination de prédilection : un territoire qui aura la cote, en terme d'immigration, au cours de ce siècles et de ceux qui suivront.

 

 

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 19:42

Bien sûr, mais la vie peut apparaître sous de multiples formes...dont la-nôtre. Je ne crois pas être pessimiste, mais plutôt réaliste en prétendant qu'il est peu probable qu'une forme de vie comme celle que nous connaissons sur la Terre soit apparue ailleurs.

 

Les conditions favorables qui doivent être présentes sur une planète afin que la vie, telle que nous la connaissons, se développe sont tellement nombreuses et peu probables que je me dois de conclure qu'elles n'ont pas dû se présenter très souvent.

 

Cela étant dit, je ne ferme pas la porte, je demande plus d'éléments positifs qui me permettraient d'abonder dans ce sens. Comme quoi je crois que d'autres formes de vie existent, ou ont existé, à plusieurs endroits dans notre Univers. Cependant, il y a tellement de rétroactions positives et de paramètres favorables (astronomiques ou autres) qui doivent être au rendez-vous que je demeure prudent avant d'oser spéculer au niveau de la possibilité d'admettre l'existance d'une vie aussi évoluée que celle que connaît la Terre.

 

Bien entendu, cela constitue une opinion très personnelle qui ne sera probablement pas partagée par la majorité de ceux que le sujet interpelle. J'attends simplement que la recherche scientifique fournisse quelques petits indices, aussi minuscules soient-ils, qui me permettraient d'envisager d'autres possibilités...ce avec quoi je n'éprouverai aucune difficulté.

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 19:44

Complément d'informations qui pourraient expliquer pourquoi, lors de l'impact causé par une comète qui s'est écrasée (il y a 65,5 millions d'années) dans la péninsule du Yucatan, la flore et la faune ont presque complètement disparu.

 

On pensait que l'impact avait provoqué les mêmes effets qu'un super-volcan, ce qui aurait favorisé la mise en place de l'équivalent d'un "hiver nucléaire"; donc, le soleil aurait été caché pendant quelques années...on voit la suite des conséquences.

 

Cependant, le cas qu'on vient de décrire suppose que l'impact aurait provoqué une émission massive de poussières (de fines particules :"aérosols") et de dioxyde de soufre, SO2, principalement.

 

Or, de récentes recherches proposent une nouvelle hypothèse : principal gaz émis dans l'atmosphère, après l'impact, ne serait pas le SO2, mais le SO3 (trioxyde de soufre), ce qui change tout.

 

En quoi cela changerait-il la donne?

Si le gaz émis avait été le SO2, il se serait retrouvé massivement dans l'atmosphère terrestre (il y serait demeuré pendant plusieurs années) avec tous les aérosols émis à la suite de cette collision et auraient provoqué l'équivalent d'un "hiver nucléaire". Si par contre, le gaz émis avait été le SO3, le résultat aurait été beaucoup plus dramatique.

 

Lorsque le SO2, dans l'atmosphère, se combine à la vapeur d'eau, il se forme un composé relativement peu corrosif (chimiquement peu réactif), l'acide sulfureux (H2SO3); celui-là même dont il était question lorsqu'on a réglementé la teneur en SO2 émis par la combustion des combustibles fossiles...de façon , entre autre, à ne pas acidifier les sols et à lutter contre la détérioration de la couche d'ozone...le tout étant accompagné de nombreaux autres effets moins destructeurs.

 

Mais là, le SO3 se serait combiné à la vapeur d'eau pour former de l'acide sulfurique, H2SO4 (auquel peu de choses résistent...chimiquement parlant), qui est infiniment plus corrosif (potentiellement comme à la surface de Vénus...dans un autre contexte). Donc, la réaction aurait été beaucoup plus rapide (quelques jours), ce qui fait que tout cet acide  est retombé un peu partout sur la planète.

 

La flore et la faune n'auraient pas pu survivre à l'effet aussi corrosif de ce produit que les chimistes qualifient d'acide fort (très réactif) auquel peu de substances peuvent résister...ni flore, ni faune.

 

 

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 21:48

La géothermie devrait être exploitée à tous les endroits qui offrent cette possibilité d'économiser sur la facture de chauffage et de consommation d'eau chaude: donc, sur la consommation domestique ou industrielle d'électricité.

 

Plusieurs pensent habituellement à des installations coûteuses...non, pas du tout. Je pense à des systèmes à grandes échelles qui pourraient permettre à des thermopompes eau-eau d'extraire de l'énergie à partir des grandes étendues d'eau ( rivières, lacs, fleuves, mers et océans); surtout lorsqu'on constate qu'environ 60% à 70% des habitants de la planète habitent tout près de ces étendues d'eau.

 

À l'aide des thermopompes (pompes à chaleur) performantes, on peut obtenir des rendements impressionnants. Certaines de ces thermopompes permettent d'atteindre un coefficient de performance, COP, de l'ordre de 4, ce qui signifie 75% d'économie d'énergie : 1 kWh d'énergie électrique, qu'on investit de la sorte, génère 4 kWh d'énergie thermique. Quoi de mieux, en terme d'énergies renouvelables?

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 22:11

Avec tout le respect que je te dois, je te dirais que s'il fait actuellement froid chez-nous, c'est précisément une manifestation du réchauffement climatique. Il fait froid ici; par contre, il fait trop chaud en Arctique et à certains endroits ailleurs.

 

En fait, le réchauffement climatique entraine d'importantes modifications au niveau des courants atmosphériques et des courants océaniques. Voilà pourquoi les courants chauds s'installent en Arctique et poussent le froid vers le sud.

 

Quand on parle de réchauffement climatique, c'est la moyenne planétaire qui fait foi de tout. À ce propos, on constate une augmentation planétaire de la température de 1 degré Celsius depuis moins de 30 ans. Il fait plus froid à certains endroits de l'hémisphère nord: mais, la sécheresse s'installe à d'autres endroits, tellement la hausse des température est importante chez eux.

 

Il faut vraiment avoir une vision planétaire. Je te dirais que nous avons de la chance que ce réchauffement n'affecte pas trop le nord de l'Amérique. Nous devrions nous considérer comme étant très chanceux ou privilégiés par Mère Nature.

 

Ailleurs sur la planète, de nombreux pays souffrent atrocement des conséquences de ce réchauffement climatique qui est là pour rester et possiblement pour s'amplifier...tant et aussi longtemps que nous allons continuer à consommer abusivement les combustibles fossiles ( charbon, pétrole et gaz naturel) les gaz à effet de serre (GES) vont continuer à s'accumuler dans l'atmosphère terrestre et à aggraver...amplifier...le réchauffement climatique qui risque de devenir hors de contrôle (si ce n'est pas déjà fait). 

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 21:35

Cet article en confirme une partie d'un autre que j'ai déjà publié sur ce blog. Le super volcan de Toba (devenu un lac de 30 km par 100 km) a fait éruption il y a 73 000 ans +/- 4 000 ans. Il causa un "hiver nucléaire" qui s'échelonna sur 6 ans à 10 ans, ce qui engendra un refroidissement planétaire d'environ 3,5 degrés Celsius (baisse de 15 degrés Celsius dans les zones tempérées) qui se poursuivit pendant environ 1 000 ans, alors qu'une période glaciaire était amorcée depuis 40 000 ans.

 

Avant cet événement, l'évolution humaine avait produit une grande variété d'espèces (possiblement une vingtaine). Malheureusement, à la suite de l'éruption de Toba ( Sumatra, Indonésie), un seul petit groupe de quelques milliers d'humains (moins de 10 000 individus), vivant en Afrique orientale, a survécu. Malgré leur apparente variété, les 7 milliards d'humains qui, aujoird'hui, peuplent la Terre, sont les descendants de ce petit groupe de survivants.

Repost 0
Published by Denis sur les changements climatiques.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Denis Laforme.
  • Le blog de Denis Laforme.
  • : Vise à mieux faire comprendre les changements climatiques, leurs causes et les amorces de solutions possibles. En ce sens, on étudie le réchauffement climatique, le climat, l'effet de serre, les cycles glaciaires-interglaciaires, les économies renouvelables, les économies d'énergie et d'autres sujets connexes.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens