Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 02:17

Cette vision des événements extrêmes susceptible de se produire à plus ou moins long terme, selon ce scénario, est indiscutablement cauchemardesque.  Je le répète, il est inutile de s'alarmer exagérément, quoi que probable ce scénario peut encore être nuancé.  Cela, bien sûr, à la seule condition que nous agissions en conséquence; et le plus tôt sera le mieux.  Il en sera question dans le chapitre : "Ce qu'on peut changer,".

Pour éviter que tout cela advienne, il aurait fallu que la concentration de CO2 dans l'atmosphère revienne à ce qu'elle était en 1990.  Au contraire, d'ici 2040 elle sera de 500 p.p.m. à 800 p.p.m.et cela constitue un seuil critique à partir duquel,quoi qu,on fasse, rien ne pourra empêcher la calotte glaciaire du Groenland de fondre complètement avec toutes les conséquences que cela comporte.

Évidemment,si la population et les décideurs adoptaient des mesures susceptibles de stabiliser les émissions des G.E.S., il pourrait en être autrement.  Il serait ainsi possible de donner à la nature plus de temps pour corriger la situation et peut- être en serions nous quitte pour un léger refroidissement comme dans le scénario 2.

Les phénomènes atmosphériques mentionnés précédemment (dans le scénario 3) sont également présents dans les scénarios 1 et 2.  Cependant, l'intensité avec laquelle ils se manifestent, n'est pas la même.  Les conséquences sont alors moins dramatiques.  Si nous décidions dès maintenant de cesser de consommer les combustibles fossiles (tout au moins d'en diminuer considérablement l'utilisation) nous pourrions ainsi nous assurer un passage en douceur vers un prochain équilibre thermique de la Terre.  De plus, le temps venu, il sera peut-être intéressant d'utiliser ces combustibles fossiles pour amoindrir les baisses de température lors d'une prochaine période glaciaire.  En effet, notre production d'énergie à partir de ces combustibles est advenue à une bien mauvaise époque (en plein interglaciaire, alors que la température moyenne de la planète est déjà élevée),.  Le fait d'utiliser ces combustibles en période glaciaire alors que la température est à la baisse, pourrait avoir comme conséquence de la stabiliser ou même de l'augmenter et de maintenir ainsi des conditions de vie tolérables.  Même en période glaciaire, l'augmentation de l'effet de serre causée par l'augmentation de la concentration du CO2 et celle d'une multitude d'autres G.E.S. dans l'atmosphère entraineraient une augmentation de température.

Quoi qu'il en soit une période glaciaire se présentera tôt ou tard, cela fait partie des cycles de la nature.  Localement, bien sûr, il y aura des périodes difficiles à traverser.  Mais, étant donné le contexte actuel, cette période glaciaire ne se présentera vraisemblablement pas avant un ou deux, voire trois cycles de précession des équinoxes.  Toutefois, nous devrons sûrement faire face à une période semi-glaciaire parce qu'il est peu probable que nous réussissions à empêcher le retrait partiel du Gulf Stream.

Nous aurons quand même le temps de voir venir.  Pour certaines populations, il faudra migrer vers le sud et pour les autres qui seront affectées par les baisses de température, sans toutefois qu'il y ait glaciation sur leur territoire, il faudra s'adapter.  Même dans ces conditions, il y aura de sérieuses complications.  C'est bien évident que des migrations massives posent d'énormes problèmes (terres disponibles, nourriture et conflits de toutes sortes).

La situation serait beaucoup plus problématique si nous étions en présence d'une glaciation comme celles qui se sont déroulées dans le passé.  Même si la population de la planète était beaucoup plus basse, les migrations n'étaient pas faciles.  Bien sûr, les populations étaient mobiles.  Elles suivaient les migrations des animaux.  Même dans ces conditions, les populations baissaient considérablement à chaque minimum glaciaire.

La population actuelle serait beaucoup plus affectée.  Ce serait particulièrement le cas avec une population de sept milliards d'humains.  De l'Atlantique au Pacifique (sauf l'Alaska) et jusqu'au sud de New-Yok et Chicago, cette partie de l'Amérique du Nord serait sous la glace.  Il en serait de même pour les hautes latitudes de l'Europe et de l'Asie.  Éventuellement, les glaces recouvrent 25 à 30 % de l'espace habitable de la planète.  On ne peut pas faire migrer sans conséquences majeures, quelques milliards d'humains avec tout ce que cela implique.  Ce serait d'autant plus difficile si les effets des changements climatiques s'effectuaient sur une très courte période.

Afin de bien comprendre les conséquences des glaciations sur l'évolution de la population de la planète, je vous présente ces données qui couvrent les derniers trois millions d'années.  Il faut noter que c'est vers la fin d'une période glaciaire, au moment où la température est la plus basse, que les dommages sont habituellement les plus considérables.


                            Dates (ans)                                                                           Population


                              -3 000 000                                                                        10 000 - 20 000
                              -2 400 000                                                                      100 000
                              -2 000 000                                                                      300 000   
                              -1 700 000                                                                      200 000
                                 -700 000                                                                   1 000 000
                                 -475 000                                                                      200 000
                                 -400 000                                                                        10 000
                                 -200 000                                                                      300 000
                                 -140 000                                                                   1 000 000
                                 -120 000                                                                      600 000
                                 -100 000                                                                      200 000     
                                   -80 000                                                                      100 000
                                   -72 000                                                                           2 000   ( TOBA )
                                   -40 000                                                                   1 000 000
                                   -36 000                                                                 10 000 000
                                   -32 000                                                                 50 000 000 
                                   -30 000                                                                   5 000 000
                                   -18 500                                                                   1 000 000 (Peut-être 300 000 )
                                   -14 000                                                                   1 000 000 
                                   -12 000                                                                   3 000 000
                                   -11 000                                                                   4 000 000
                                     -8 000                                                                   5 000 000
                                     -6 500                                                                 10 000 000
                                     -5 500                                                                 15 000 000
                                     -4 000                                                                 20 000 000
                                        -650                                                               100 000 000 
                                      1 800                                                            1 000 000 000
                                      1 860                                                            2 000 000 000
                                      1 910                                                            3 000 000 000
                                      1 950                                                            4 000 000 000
                                      1 980                                                            5 000 000 000
                                      2 000                                                            6 000 000 000 
                       Juillet    2 006                                                            6 500 000 000
                                      2 012                                                           7 000 000 000
                                      2 025                                                           8 000 000 000

Le fait d'aller plus loin dans les détails serait trop alarmiste.  On a tous compris qu'il faut faire en sorte, chacun dans la mesure de ses moyens, que la transition ne s'effectue pas trop brusquement.  Il existe une multitude de mesures que nous pouvons privilégier et de nouveaux comportements que nous devons adopter.  À ces conditions et seulement à ces conditions nous pourrons ralentir l'augmentation de la température annuelle moyenne de la planète.  Nous ne pourrons pas l'arrêter, nous diminuerons simplement la vitesse avec laquelle elle augmente.  Si la population collabore, le processus pourrait se dérouler sans que cette dernière ne soit trop affectée.

Donc, dans le meilleur des cas, nous prévoyons une glaciation localisée sur le nord de l'Europe et un climat très froid sur le nord-est de l'Amérique du Nord.  Il devient donc urgent de poser une multitude de geste qui pourraient empêcher la situation de se détériorer ou, tout au moins, de ralentir la vitesse d'évolution des changements climatiques.  Peut-être qu'il est possible de maintenir le climat global de la planète dans un état de relative stabilité et même de diminuer l'amplitude des changements climatiques.

Notre défi consiste donc à ralentir le rythme de réchauffement de la planète de façon volontaire pendant les quelques décennies qui viennent (préférablement pendant la prochaine décennie).  Si on n'en est  pas conscient et qu'on ne fait rien pour ralentir le processus, nous serons, sous peu, dans l'obligation de prendre des mesures draconiennes au sujet, entre autre, des combustibles fossiles.  La pilule sera alors plus difficile à avaler parce que nous n'aurons pas eu le temps de nous adapter.  C'est donc à chacun d'en prendre conscience et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour en ralentir le processus et en atténuer les effets.

                          

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Denis Laforme.
  • Le blog de Denis Laforme.
  • : Vise à mieux faire comprendre les changements climatiques, leurs causes et les amorces de solutions possibles. En ce sens, on étudie le réchauffement climatique, le climat, l'effet de serre, les cycles glaciaires-interglaciaires, les économies renouvelables, les économies d'énergie et d'autres sujets connexes.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens