Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 00:45

À l'examen des conditions requises pour l'apparition d'une période glaciaire ou d'une période interglaciaire, on doit tout de suite conclure que la quantité de chaleur reçue aux moyennes et surtout aux hautes latitudes de l'Hémisphère Nord est de première importance.  En ce sens, il est utile de mentionner que le cycle de précession des équinoxes et  celui de l'inclinaison de l'axe terrestre sont seuls responsables de la quantité d'énergie solaire reçue pour une saison donnée.  

L'excentricité de l'orbite terrestre influence surtout l'énergie solaire reçue par la Terre à différents moments de l'année.  Actuellement, on reçoit plus d'énergie en janvier qu'en juillet (différence : 6% ).  Cet écart pourrait s'accentuer jusqu'à 30 % sur un cycle plus long.  À sa position la plus rapprochée du Soleil, la Terre est distante d'environ 129 000 000 km, tandis qu'à sa position la plus éloignée, elle est distante d'environ 187 000 000 km .  La distance moyenne Terre-Soleil est actuellement de 150 000 000 km.  Ces différences sont dûes aux attractions entre la Terre et le Soleil ainsi qu'entre la Terre et les autres planètes.  Notons que cette excentricité de la Terre varie selon un cycle de 100 000 ans, mais également selon un plus grand cycle de 413 000 ans. Tout cela n'affecte pratiquement pas la quantité moyenne d'énergie solaire reçue par la Terre en une année.  Donc, il en résulte simplement, pour la période actuelle, des étés plus froids et des hivers plus chauds.

Ces trois cycles de Milankovitch permettent d'expliquer les différences d'énergie reçues particulièrement aux hautes latitudes de l'Hémisphère Nord tout au long de l'année (650 de latitude nord), l'amplitude des différences entre les saisons, les différences d'énergies emmagasinées par les eaux et par le sol (différence d'albedo) et les différences d'énergies reçues entre les hémisphères à cause de l'inclinaison de l'axe terrestre et de la précession des équinoxes.

L'étude des quatre derniers cycles glaciaires-interglaciaires semble démontrer qu'une glaciation se termine quand la température moyenne de la planète est d'environ 80C à 90C et que l'interglaciaire se termine quand la température a atteint un sommet qui se situe aux alentours de 160C à 170C.  Si la tendance se maintient, on doit admettre que cette température moyenne de la planète pourraît être atteinte vers l'an 2040.  Ça ne signifie pas qu'en 2040 , nous serons en période glaciaire.  Cependant, il se pourrait qu'à partir de cette date, toutes les tentatives pour renverser le processus soient tardives.  Même dans l'hypothèse d'un scénario modéré d'augmentation des G.E.S., c'est ce qui semble se dessiner.  De plus, ce scénario modéré semble être trop optimiste : il se pourrait que l'augmentation de la concentration du CO2 soit plus importante que prévue (+60%). C'est pourquoi il faut agir dès maintenant si nous ne voulons pas atteindre ce point de non retour.  Si la progression demeure constante ou, pire, si elle s'accélère, il pourrait y avoir rupture de tendance(effet de seuil) au plus tard à cette date.  Nous allons essayer d'anticiper ce qu'il pourrait advenir par la suite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Denis Laforme.
  • Le blog de Denis Laforme.
  • : Vise à mieux faire comprendre les changements climatiques, leurs causes et les amorces de solutions possibles. En ce sens, on étudie le réchauffement climatique, le climat, l'effet de serre, les cycles glaciaires-interglaciaires, les économies renouvelables, les économies d'énergie et d'autres sujets connexes.
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Liens